Récit : 3 jours de trek – le vercors

Une journée brumeuse et colorée, sur le territoire du loup


J’ouvre ma tente, le bruit résonne dans la nuit. Il est 4h30, notre petit groupe se réveille. Le jour se lève, tranquillement, et pourtant trop rapidement à nos yeux. 

Appareil photo à la main, réveillés par tant de beauté qui nous entoure, nous admirons les paysages nous entourant, pris dans la brume. Élément qui nous fait vibrer. L’orage est passé.

Les couleurs bleutées de ce matin brumeux avaient envahi l’horizon, dessinant les lignes et les courbes des montagnes, des sapins.

Évoluant dans le brouillard, ambiance incroyable, mystérieuse, nous étions émerveillés par tant de beauté.

L’apparition de marmottes, d’oiseaux d’altitudes, de rapaces nous accompagnaient, apparaissant derrière quelques voiles nuageux.


La brume a quelqu’un chose d’irréelle, de magique. Elle nous raconte des histoires mystérieuses, nous emmène dans le passé, le futur. Nous fait vivre l’instant présent, de façon unique. Intense.

Elle ondule entre les sommets, les rochers, entre différentes formes. Elle est partout, nous entoure, et dévoile, selon ses humeurs, quelques trésors de nos montagnes.

Tantôt généreuse, tantôt cachotière, elle donne le ton à travers une ambiance grandiose ! Dans ces moments là, tout est possible. Je rêve… je rêve tant de voir le loup surgir d’entre le brouillard, son regard intense, plongeant dans le mien. Un regard qui en dirait long sur tant de choses et qui aiderait à changer le monde.

Mouillés par l’orage de la veille et le crachin du matin, nous sommes allés au pied d’un baobab centenaire (si ce n’est plus) solitaire, dominant tout depuis sa petite colline. A son pied ? Un indice de la présence du loup ! 

L’ambiance est posée.  La journée passe, les paysages plus beaux les uns que les autres.. sommets, crêtes, dévoilent leurs trésors entre les nuages bougeants au gré du vent. 

Je me souviens… Cette nuit-là, les gouttes de pluie ricochaient sur nos tentes, les flash des éclairs perçaient l’obscurité alors que nous étions dans nos duvets. Le froid, aventureux, s’immisçait dans ma tente. Pourtant, malgré ces conditions, j’étais apaisée, bercée, par ces éléments qui se déchaînaient. Heureuse de vivre une telle aventure. Par moment, surprise, j’entendais des bruits de pas près de ma tente. Est-ce seulement le vent ou un animal me rendant visite ? Je l’imagine curieux, manger près de moi, où seule la toile nous sépare.


Apercevez-vous le vautour fauve en haut à droite ? Alors que le silence est d’or, que nos yeux, brillants d’excitation, sont rivés sur le mont nous faisant face, imposant, impressionnant, puissant, les Vautours font leur ballet aérien.
Ils passent et repassent, volent sur des kilomètres en quelques secondes. La vie n’est pas simple en montagne, même pour les animaux. Mais ils sont là, libres, survolants les montagnes, transperçants la brume. Ils octroient à ce moment de plaisir, une ambiance particulière, des plus exaltantes.

J’aime tant observer les rapaces, entendre leur cri percer, résonner, sans aucune pollution sonore.
Un peu plus loin, nous nous sommes posés pour profiter de la nature, nous relaxer. Les chamois courent au loin, ne semble pas tranquils. Un loup ? J’aime penser qu’il est proche, nous regarde.
Les oiseaux chantent, un rapace nous frôle. Je me souvient de sa vitesse et du bruit l’accompagnant.
Souvenir que je veux retenir. Ne jamais oublier. Je m’y accroche, le savoure.

Le temps passe, mes souvenirs se mélangent… Je me souviens toutefois de ce moment unique et intense, vécu le premier jour. Alors que l’orage arrivait, que les jeunes bouquetins jouaient, plein de vie, la petite marmotte était camouflée, sur son rocher, entre les sapins.
Quelle est belle « banal  » certains diraient, ne faisant même plus attention aux marmottes. Plus tranquilles sont-elles alors. Mais qu’il est merveilleux de tenter de les apercevoir, les observer, tout en gardant une distance pour ne pas perturber leur quotidien, ne pas les déranger.
C’est si agréable, si attendrissant, de s’arrêter, l’espace de quelques instants, pour s’émerveiller devant ces boules de poils.
Alors que nos pas raisonnent, font glisser les cailloux, craquer les branches, les feuilles… les cris des marmottes retentissent entre les montagnes. J’aime les entendre, être entourée de toute cette vie sauvage.


Alors que nous rejoignons les crêtes le 2ème soir, pour installer nos tentes, le roi des sommets apparaît, paisible, se confondant entre les rochers. Gourmand, nous acceptant, il nous observe entre deux petites fleurs mâchées.
Heureuse. Emerveillée. Fascinée. Impatiente. Mais patiente. C’est la première fois que je vois un bouquetin. Profiter sans appareil mais voulant immortaliser le moment, je prends quelques clichés sous les yeux
patients et encourageants des trois super randonneurs m’accompagnant dans ce trek.

Joie, tendresse. Tant d’émotions.

Nous posons le bivouac, caché, à 2000 mètres d’altitude.

Ce sauvage qui me motive à soutenir la cause animale, à aller jusqu’au bout de mes convictions ! Des valeurs, une passion, qui me prennent aux tripes, qui donne un sens à ma vie.

Beau bouquetin, entouré d’une ambiance à couper le souffle et de couleurs se transformant alors que le soleil se couche. Dans peu de temps, tout sera illuminé d’une couleur dorée.
Comblée, le sourire aux lèvres, je rejoins le lieu choisi pour le bivouac. Le vent souffle, je me fraye un chemin entre les rochers, les hautes herbes. Merveilleux moments.

Le soleil se couche, tout devient doré. Nous observons le bouquetin s’en aller paisiblement en contrebas, remontant une autre colline. Nous abandonnons notre dîner et, luttant contre le vent et le froid, discrètement, nous nous posons pour capturer chacun, cet instant magique, où le roi des sommets, s’enveloppe d’une couleur dorée. La magie opère. Nous sourions. Nous sommes heureux de ce que nous offre la nature. Le cœur réchauffé, nous finissons notre repas, admirant l’horizon se teinter de jaune, orange, rouge, écoutant le récit de la rencontre du loup.

Le soleil timide, décide de faire quelques rares apparitions. Il attendait sagement, de pouvoir dévoiler la beauté de son coucher. Rouge, orange, jaune, le dégradé nous impressionne, nous sommes subjugués ! Il entoure le paysage de couleurs dorées, réchauffe les cœurs, apaise les âmes admiratives devant tant de perfection. 

Plus loin, le bouquetin solitaire, mange, prend la route, sous les lumières du soleil couchant. Rejoint-il son groupe? Sa démarche était hésitante. S’il est blessé, peut-être c’était-il retiré loin des combats pouvant survenir chez ses congénère ou loin du prédateur, à l’abris.

Les couleurs disparaissent, le spectacle coloré est terminé. En attendant celui que nous offrira le soleil au petit matin, nous rejoignons notre bivouac, posé près des crêtes. Le vent balaye tout. Nos tentes claquent.
Nous faisons partie de cette nature, sommes au sein de la puissance montagneuse. Forte. Douce. Impressionnante. Paisible. Incontrôlable.
C’est ainsi que l’on se sent vivre.


Le jour n’est pas encore levé. 4h15. Dans moins de 2h j’aurai 30 ans.
Quel bonheur de passer ce cap, à 2000 mètres d’altitude. La nuit a été fraîche, emmitouflée dans mes deux duvets, mes couches de vêtements et mon bonnet. J’entends les garçons se réveiller. Le vent souffle, il ont froid, mais le spectacle de la nuit étoilée a l’air de les émerveiller.
L’envie de rester au chaud me tente mais il faut se motiver, tant de belles choses restent à voir ! J’entrouvre ma tente  » Coucou !  »

Peu de sommeil, j’ai froid, mais je souris ! C’est bon de vivre ainsi ! Le ciel est couvert d’étoiles et on m’indique la comète ! C’est merveilleux, presque irréel.
Alors qu’au-dessus de nous tout scintille, nous nous réfugions dans l’une de nos tentes, pour un moment de partages autour de boissons chaudes.
Profitez de ce que la nature a à nous offrir fait partie de ces moments que l’on se doit de vivre à fond. Ces ambiances, seuls, au milieu d’un tout qui vît… c’est extraordinaire !

Le ciel commence à se teinter de couleurs orangées. Le soleil se lève prêt à tout pour nous prouver à quel point notre Terre est précieuse.
La lumière apparaît, le vent baisse, les températures remontent et réchauffent. Dominants tout le paysage, nous sommes admirons les lignes d’horizon se découpant à travers les sommets, les rayons se prenant entre les hautes herbes.
La nature prend son temps. Nous vivons à son rythme. Nous sommes heureux de partager ces moments, ces valeurs. Le partage… quel formidable leçon d’humanité lorsque les bonnes personnes nous entourent.

Photo prise par Antonin / Insta : Charbs_explorer

Redescendre de nos montagnes, défaire le bivouac, ranger les affaires. Profiter de quelques heures encore, rencontrer un groupe de bouquetins – beau cadeau d’anniversaire – être accompagnés par la flore, la faune. On se sourit.

Rigoler, se taquiner. Écouter, raconter, les explorations de chacun pour faire oublier les dernières difficultés.

Ce sont ces moments intenses, qui donnent un sens à la vie. On se sent vivre.

Un grand merci à Watogla Trek pour ces 3 jours parfaits ainsi qu’aux deux guides Antonin et Lucien !

Plus d’infos sur leurs stages : https://watogla-trek.com/

Insta d’Antonin : @charbs_explorer / Insta de Lucien : @lulu_chaillot / Insta de Watogla trek : @watogla.trek

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s