L’approche en photo animalière avec Yann !

Yann est un passionné de photo animalière avec une belle éthique. Son quotidien, il vous le raconte à travers son interview. Partez à la rencontre d’un homme plein de sagesse, amoureux de la nature et mettant tout en œuvre pour sublimer la faune, sans dérangement. Ses photos retranscrivent tout son amour pour les animaux ! Bonne lecture 🥰

(L’article est plus agréable à lire sur ordinateur, notamment pour bien profiter des photos de Yann présentes ici). Les photos sont donc protégées par son droit d’auteur.

QUI EST YANN ?

Je m’appelle Yann j’ai 48 ans, je suis né dans le béton en île de France au Blanc-Mesnil et j’y suis resté jusqu’à mes 25 ans.
Je suis marié et j’ai 2 garçons, un chien, 2 chats et une multitude d’oiseaux dans mon jardin.
J’habite dans l’Oise en Picardie (Haut de France) depuis 2004.

Quel est ton parcours ?

Etant donné mon âge, mon parcours est long LOL
Pour faire Bref je travaille à Air France dans la logistique, l’approvisionnement des pièces de rechange avions pour l’entretien et les dépannages et depuis un peu plus d’un an j’ai créé mon entreprise ou je fais de la photo et de la vidéo « Byel photographie ».

 Pourquoi la photo animalière, depuis quand ? Quels sont tes objectifs, le message que tu souhaites faire passer ?

Alors, ça c’est une question à tiroirs !
Pour faire simple, j’ai toujours été attiré par la faune et aimé les animaux en général et ce depuis ma plus tendre enfance, à l’époque de la télé avec 2 chaines en noire et blanc LOL
Par contre, me mettre à la pratique de la photo animalière à été assez long, je pratique depuis peu ce domaine (environ 3 ans).


Le déclic a été je pense, le fait de croiser, la plupart du temps sur la route des animaux parfois vivants 😢 que je n’imaginais pas pouvoir croiser (ayant grandi dans un milieu bétonné). Les premiers étant des rapaces, blaireaux…

En partageant des images de cette nature, je souhaite, comme la majeure partie des photographes « nature » (je pense) mettre en évidence la proximité et l’accessibilité pour tous de ces merveilles et utopiquement donner l’étincelle dans une implication ou au minimum un début de prise de conscience dans la préservation et la protection de notre environnement.

Que t’apporte cette merveilleuse passion ?

La plus grande joie est celle de la proximité, avoir un animal sauvage à quelques mètres est toujours une expérience, à chaque fois intense.

Il y a par contre un revers de la médaille que j’étais loin d’imaginer au début.
Derrière la beauté, plus on découvre la nature, plus on apprend à quel point on la détruit à grands pas.
De plus, la proximité et les rencontres font que des liens peuvent se créer entre un et/ou des individus et le photographe, dans ce cas la peine est décuplée lorsque celui-ci disparaît ou que l’on découvre son cadavre 😢 La première fois ou cela m’est arrivé il s’agissait d’un couple de blaireaux abattu au fusil, retrouvé côte à côte dans un champs 😱

As-tu une idée du temps passé sur le terrain ou en affût ?

En fonction des saisons le temps passé s’allonge, je sors avant le lever du soleil pour être en place sans déranger, je fais une pause et je reviens au minimum deux heures avant le coucher du soleil.
Je te laisse donc imaginer l’amplitude horaire en été…

 Quelles sont les difficultés que l’on peut rencontrer ?

Les principales difficultés que j’ai rencontré sont liées au début à la méconnaissance du milieu, de l’espèce etc.
Comment passer inaperçu, ou chercher, quoi chercher LOL
Ce qui peut être difficile si tu manques de patience c’est de sortir et de rentrer bredouille ou de ne rien voir.

Je suis très patient et même si je rentre sans photo, le fait d’avoir vu un renard de loin, une buse, un papillon ou juste d’avoir pris l’air me suffit.


Il faut savoir aussi sortir sans matériel, avec une simple paire de jumelles et faire du repérage, même si cela crée parfois de la frustration de ne pas revenir avec une belle image, alors que l’on a fait de superbes rencontres.

Que penses-tu de l’éthique en photographie animalière et quelle est ton éthique, ton exigence lors de tes sorties photos ?

Pour faire simple et compréhensible, j’applique la politique de l’invité LOL
Pas l’invité sans gêne qui met les pieds sur la table basse et va se servir dans ton frigo.
Je me considère donc comme un invité bien élevé (c’est déjà pas mal) je me fais donc tout petit et j’essaye de repartir de la même façon, même si je sais que étant un humain je dérange de toute façon un peu. Je m’efforce réellement de tout coeur de ne pas déranger.
Bien évidemment, je ne pratique pas le nourrissage, ni appeau ou autre.

Le moineaux domestique car souvent les photographes cherchent la petite bête introuvable et délaisse totalement 
celle qui vit à nos coté ! De plus cette photo va être imprimée en Grand format et exposée en juillet en extérieur à Château-Thierry 😍

Quelle est ton approche lors d’une sortie photo ?

Lorsque je fais une sortie photo idéalement j’ai déjà préparé le terrain et je connais presque les horaires de ceux que je vais croiser LOL
Comme je l’ai dit, je viens m’installer à un moment ou je sais que les animaux sont en général absents, même si nous ne sommes pas à l’abri d’une visite surprise 😋

Deux heures avant que la place soit animée je suis déjà en place.

 Peux-tu nous raconter ta plus belle rencontre animalière ?

Je ne sais pas si c’est la plus belle, mais une de celle qui m’a le plus touché, c’est ma première proximité avec un chevreuil à moins de 5 mètres de moi. Le soleil, n’était même pas encore levé la lumière était magnifique.


Une martre des pins était très sympathique aussi.
J’étais au pied d’un arbre à quelques dizaines de mètres d’une loge de pic épeiche au moment où les petits sortent la tête de la loge pour se faire nourrir par les parents.
Cela faisait quelques minutes que l’un des parents sonnait l’alarme, je me suis dit je suis repéré, je dérange et décide donc de quitter ma place afin de les laisser tranquille.
Et là je vois une martre des pins descendre d’un arbre voisin avec un oisillon dans la gueule ce n’était donc pas moi qui dérangeait LOL. J’ai par la même occasion raté une magnifique photo de martre avec sa proie 😱

Quelles sont les espèces que tu rêverais de photographier et pourquoi ? / Quel est ton plus grand rêve en tant que photographe ?

Il y en a quelques unes LOL
La martre du japon, le renard polaire, l’écureuil volant (toujours au japon), le chat sauvage, le lynx le loup, cela ressemble à une liste de noël 🤣
La mésange à longue queue, le roitelet, quelques rapaces, en macro l’oprohinus suturalis…

A proximité, avant de quitter la Picardie le Raton laveur 😎

Quels sont les photographes qui t’inspirent et pourquoi ?

Pour ne pas tomber dans les clichés même si j’aime aussi comme tout le monde Vincent M, HCB, Sebastiano S…  J’aime les photographes comme Marc Jardot, Cyrille Donier (sauvagement doubs), Yoann Thionnet, Adrien Favre (carnet sauvage), Alessandro Staehli (Le lac aux oiseaux) 😍 Jean-Simon Bégin …
Ces photographes m’inspirent non seulement pour la qualité de leurs images mais aussi pour leur implication dans la préservation de l’environnement et leurs pratiques dont l’éthique est similaire à la mienne sans concertation. 
J’ai eu la chance de rencontrer les quatre premiers de ma liste non exhaustive lors d’un stage dans le Haut Doubs avec Marc Jardot un mec adorable 🙏


Je n’ai parlé que de quelques photographes animaliers mais j’aime aussi la photographie dans son ensemble…

Que penses-tu des retouches en photo ?

Je fais la distinction entre retouche et développement des raw, après chacun est libre de présenter les images qui l’inspirent.
La photographie est avant tout pour moi de l’art, je ne fais pas de la photographie pour faire du naturalisme, ou une encyclopédie… 
Personnellement je ne retouche pas mes photos dans Photoshop ou autre, je travaille mon cadrage et ma composition pour prendre l’image que j’ai en tête et donc sortir du cadre ce que je ne souhaite pas montrer.

Quelle est la photo dont tu es le plus fier ?

C’est une question très difficile, j’aime particulièrement celle du chevreuil dont j’ai parlé plus tôt.
L’affection que je porte à certaines photos est particulièrement liée aux circonstances et aux conditions de la prise de vue.

Celle-ci par exemple les circonstances improbables ce cette photo font que j’en suis particulièrement fier, et aussi le résultat 😍

Pourquoi ? Les circonstances : j’arrive sur le spot, et je vois des chevreuils, je suis hyper loin, je sors mon appareil à l’époque un Lumix G9 avec un Leica 100-400 et malheur pour la première fois et la seule fois j’avais oublié de remettre la batterie LOL. J’ai eu le temps de refaire l’aller-retour maison, ils étaient encore là … OUF cette photo a été publiée sur la page de Panasonic France, elle ne plaît donc pas qu’à moi 😍

As-tu d’autres domaines qui t’intéressent en photos et/ou d’autres passions ?

La quasi-totalité des domaines photos me passionnent.
Je suis également Musicien, (Beatmaker, cherchez mon album Kalimix beatmaker « Fils unique ».
Également Professeur d’Aikido 4eme Dan d’où mon attachement pour le Japon que je connais relativement bien.

Quels conseils donnerais-tu aux photographes animaliers ?

Passez du temps à observer et à comprendre la nature.
Pour le matériel je dirais seulement que notre principale contrainte étant la lumière il vaut mieux investir dans un objectif lumineux plutôt qu’une longue focale qui n’ouvre pas et/ou un boîtier qui supporte bien la montée en ISO.

Ensuite comme disait Robert Cappa (je crois) si une photo n’est pas assez bonne c’est que tu n’étais pas assez prêt !
Pour terminer le petit point matos : je pense qu’aujourd’hui, les boitiers hybrides qui ne font aucun bruit de déclenchement sont un véritable plus. 

Quels sont tes projets, ton actualité, tes prochains challenges photo ?

Mes projets sont un peu liés avec ma vie personnelle « un peu » compliquée en ce moment !
Mais cela permet de rebondir et d’avoir le courage du changement.
Je vais donc quitter bientôt la Picardie et recommencer ma vie ailleurs accompagné de mon épouse, mon chien et mes deux chats, mes fils sont majeurs LOL
Mon nouveau chez moi sera aussi partagé entre autre avec un clan de blaireaux 😍 présent dans le terrain 😋  Un challenge avant de quitter la Picardie c’est le Raton Laveur 😎

Un petit mot pour la fin de l’interview ?

Avant tout, merci beaucoup à toi Léa pour ton travail, ta sollicitation, tes magnifiques photos, ton implication dans la sensibilisation à la préservation de l’environnement.
A tous ceux qui liront ces quelques lignes sortez dans la nature proche de chez vous, vous aurez à coup sûr de belles surprises et venez jeter un oeil sur ma page LOL yann.besancon.nature
Prenez soin de vous, 

(7 commentaires)

  1. Merci Yann, j’ai lu cette interview avec grand plaisir et m’empresse d’aller m’abonner à ton compte Instagram. Léa est une belle personne et cette idée des interview est vraiment très sympa.

  2. Superbe interview ! C’est agréable d’en apprendre un peu plus sur les personnes dont on suit le travail sur instagram, il en ressort quelque chose de plus humain que de simples photographies (aussi magnifiques soient elles !) et en plus, nous sommes voisins finalement 😜

  3. Super interview, encore une fois!!
    C’est cool de connaître un peu plus Yann, que je suis sur Instagram. Une future maison avec des voisins aussi cool que le Blaireaux!! Quelle chance 🙂

  4. Une interview intéressante et bien menée👍 Sympa d’en apprendre plus sur Yann (que je suis sur Instagram). Alors ma petite satisfaction c’est d’avoir déjà photographié des ratons laveurs dans notre département commun. Je vais pouvoir le narguer 😜

Répondre à Marie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s