Rêver, s’évader, se ressourcer, à travers la photo animalière, par Ananda Joinet

La magie du sauvage fait partie de la vie d’Ananda depuis l’enfance. Entre prise de conscience et évasion, je vous invite à lire cette superbe interview pleine de poésie qui vous transportera dans l’univers magique de cette talentueuse photographe. Une invitation à la rêverie et à la douceur de ce sauvage qui a tant besoin de protection et d’une véritable paix avec notre société si néfaste pour lui.

N’oubliez pas de lire le passage très émouvant sur le Lynx, animal qui a profondément touché son coeur d’enfant, et qui y garde encore aujourd’hui une place très spéciale.

Bonne lecture ! 🥰 N’oubliez pas de lui laisser un petit mot en commentaire et à suivre son travail (lien en bas de l’article).

Ananda Joinet, photographe animalière


Je m’appelle Ananda, j’ai 30 ans et j’habite dans le Limousin. Je suis photographe et vidéaste professionnelle, passionnée depuis l’enfance par la nature, les animaux et l’art ; la photographie devient très rapidement pour moi un leitmotiv.  

Ce n’est qu’en 2019 après l’achat d’un téléobjectif que je décide de me spécialiser dans la photographie de nature et de faune sauvage. 

Hypersensible et observatrice, j’aime figer les instants et retranscrire les émotions que je ressens lors de mes rencontres animalières.

Initialement j’ai fait des études dans la communication et l’audiovisuel suite à cela je me suis lancée comme chargée de communication dans le monde du travail.

Après plusieurs emplois dans ce secteur et ne m’épanouissant pas en étant enfermée dans un bureau toute la journée, j’ai décidé en 2019 de me lancer en tant qu’auto-entrepreneur comme photographe et vidéaste professionnelle, une idée que j’avais par ailleurs en tête depuis l’enfance mais je n’avais pas la confiance nécessaire jusqu’à ce moment pour lancer ma propre entreprise.

J’aimerais dans les années à venir développer le côté audiovisuel de mon travail et produire plus de courts métrages voir à terme un long métrage. 

Comment s’organise ton travail de photographe ?

Je fais vraiment tous types de prestations mais ma spécialité reste tout de même la photographie d’animaux qu’ils soient sauvages ou de compagnie. 

Le gros de mon activité professionnelle, celle qui me permet de vivre, est la photo d’animaux de compagnie. J’immortalise des moments de vie des compagnons à quatre pattes de mes clients ou des moments de tendresse et de partages entre eux. Je ne fais que, ou presque, des séances photos en extérieur dans un lieu que je choisi en amont, proche de chez mes clients, généralement un lieu avec de belles forêts, de beaux chaos rocheux ou tout ce qui fait que les photos seront “magiques” rien que grâce à l’atmosphère du lieu. Je cale également toujours ces séances dans l’heure après le lever du soleil, l’heure avant le coucher du soleil ou par temps gris pour avoir des luminosités les plus douces possibles. 

Je me consacre à la partie post traitement des photographies généralement en journée quand le soleil est sorti ou quand il fait nuit. Autant pour les photos de nature et d’animaux sauvages je ne retouche que très très peu mes images autant pour les photos d’animaux de compagnie j’aime rajouter des ambiances, des couleurs, je supprime parfois quelques détails dans l’image. 

J’essaye toujours de consacrer du temps à ma passion la photo de nature et d’animaux sauvages en parallèle de mes séances clients et je me réserve souvent un mois ou deux dans l’année ou je ne fais que ça. 

Pourquoi la photo animalière, depuis quand ? Quels sont tes objectifs, le message que tu souhaites faire passer ?

J’ai grandi à la campagne au milieu de ce que beaucoup qualifieraient de “rien”. Le fait de grandir à la campagne entourée d’animaux a développé chez moi un attrait très fort pour la nature. Durant toute ma jeunesse chez mes parents le respect de chaque être vivant était primordial, des fourmis aux araignées… ou aux martres dans la maison. Aussi loin que je me souvienne je me suis donc toujours intéressée à la nature et je passais du temps à observer, apprendre, construire des cabanes dans les bois… Un de mes livres préférés d’enfance était d’ailleurs “copain” des bois. 

Aux alentours de mes 11 ans j’ai commencé à m’intéresser à la photographie, je voulais toujours emprunter l’argentique de mon père et photographier mes proches et le monde qui m’entourait. Quelques années plus tard mes parents m’offraient mon premier appareil photo… sans mentir je vivais, mangeais, dormais et partais à cheval avec ce qui lui a valu même un accident tragique plusieurs années plus tard. De là est né ma passion pour la photographie. 

Ce n’est qu’en 2019, après avoir commencé à travailler et économiser un peu d’argent je me suis payée mon premier téléobjectif et le soir même un chevreuil m’offrait ma toute première vraie photo animalière. Je ne vous raconte pas la suite, elle est évidente…  😉 

Concernant mes objectifs… je dirais avant tout que je fais de la photographie et vidéo pour moi.. pour immortaliser ces moments qui m’émerveille chaque fois intensément, mais également pour sensibiliser les gens au monde qui nous entoure, à cette nature vivante, sensible… J’essaye de montrer le beau.

Que t’apporte cette merveilleuse passion ?

Des moments d’évasion, de calme, de rêveries et également un moyen de se ressourcer loin du monde urbain et des tracas de la société. 

As-tu une idée du temps passé sur le terrain ou en affût ?

Oula vaste question… et vaste réponse ahah je dirai que ça dépend des périodes mais le plus de temps que je peux. Plusieurs heures par semaine ça c’est certain… et même si ce n’est pas pour prendre des photographies j’aime beaucoup sortir faire du repérage et aussi simplement aller me ressourcer dans la nature et juste observer. Je ne pourrai pas passer une semaine entière sans aller dans la nature. 

Concernant les affûts j’en fait beaucoup pour obtenir les images que je souhaite et afin de ne pas déranger et interférer dans les comportements mais ce n’est pas forcément ma tasse de thé surtout quand personne ne se présente… mais bon c’est aussi ce qui fait qu’on savoure d’autant plus chaque rencontre.

Quelles sont les difficultés que l’on peut rencontrer ?

Attendre plusieurs jours, heures sans ne rien voir… c’est particulièrement frustrant par moment quand ça peut durer trop longtemps, il faut s’adapter connaître son environnement par coeur ou presque mais son équilibre est tellement instable… le temps qui change, des variations brusques de température, trop de dérangements humains… beaucoup d’éléments qui font que tout le monde animal peut changer de mœurs du jour au lendemain. 

Ensuite une autre difficulté qui peut m’affecter particulièrement c’est d’avoir suivi pendant des années un animal en particulier et d’apprendre qu’il a été tué 3 jours après une photo pour servir de trophée de chasse. J’ai vécu cela y a deux ans malheureusement.

Que penses-tu de l’éthique en photographie animalière et quelle est ton éthique, ton exigence lors de tes sorties photos ?

C’est un point vraiment crucial à mes yeux comme beaucoup qui me suivent sur mes réseaux l’ont compris je pense. Je préfère ne pas faire d’images que de faire fuir inutilement un animal pour une photo. C’est d’ailleurs également pour cette raison que j’aime beaucoup filmer généralement je suis plus discrète qu’avec le bruit des déclenchements des photos (bien que maintenant avec les hybrides ce point n’est plus forcément d’actualité). 

Je prends toujours des précautions pour ne pas traverser un champ en plein milieu et essayer de ne pas me faire repérer. J’évite également les affûts le matin (même si les ambiances sont plus belles) car généralement les animaux étant déjà dehors c’est plus compliqué d’aller se positionner sans les faire fuir.

J’ai choisi de ne pas vivre que de la photo d’animaux sauvages pour justement ne pas me mettre une pression de course à l’image pour absolument gagner ma vie et donc automatiquement faire moins attention pour rentrer absolument des images… 

Après il ne faut pas non plus se culpabiliser lorsque l’on fait fuir car malheureusement avec toutes les précautions du monde cela arrive à tout le monde. J’aime beaucoup prendre en photo des individus ou espèces peu farouches pour ces questions de dérangements.

Quelle est ton approche lors d’une sortie photo ?

Généralement je connais les secteurs où je vais. Sur les secteurs que je connais je me positionne toujours selon le vent, la lumière et les animaux qui vont sortir (j’ai au préalable repéré en journée les différents passages possibles). Une fois l’animal sorti généralement j’attends quelques minutes avant de commencer mes prises de vues photos et vidéos. J’observe de mes yeux le temps que l’animal sorte tranquillement, s’apaise et voit qu’il n’y a aucun danger. 

Concernant les endroits que je ne connais pas, je fais plutôt de la billebaude pour faire du repérage et ensuite des affûts plutôt d’observations en restant le plus à distance possible. Je ne tente des approches que sur les secteurs que je connais par coeur ou sur les espèces peu sensible au dérangement.

Quelles sont les espèces que tu rêverais de photographier et pourquoi ? / Quel est ton plus grand rêve en tant que photographe ?

Le lynx.. parce que je suis attirée depuis petite par les félins et que c’est le seul félin local avec le chat forestier que nous avons en France. 

J’ai une petite histoire concernant le lynx qui date de quand j’étais vraiment petite. Il m’arrivait comme surement beaucoup de familles et d’enfants d’aller au zoo avec mes parents. Dans le zoo proche de chez moi pendant quelques années il y avait un lynx dans un tout petit enclos seul qui tournait en rond… chaque fois que j’y allais ça me brisait le coeur de le voir seul et en plus peu de gens s’arrêtait devant alors un jour j’ai fait une chose à ne pas reproduire, j’ai passé la barrière en bois qui empêchait de s’approcher et je suis allée m’assoir à côté du grillage et je lui ai parlé doucement un moment… il est resté assis un moment à côté et au bout de quelques instants il s’est frotté tant et plus contre le grillage et s’est mis à ronronner très fort tout comme un chat domestique… j’ai passé ma main quelques instants contre son pelage, l’ai regardé droit dans les yeux et j’ai prié fort pour qu’il ai de meilleures conditions de vie et surtout plus seul… 

Malheureusement un an plus tard il n’y était plus.. je ne saurai jamais ce qu’il s’est passé ce que je sais c’est que de là je me suis vraiment intéressée à l’espèce et que j’ai toujours rêvé de les observer “libres et sauvages”.

Mon plus grand rêve en tant que photographe : suivre un animal de sa naissance jusqu’à sa belle mort de vieillesse… (une utopie…) 

Quels sont les photographes qui t’inspirent et pourquoi ?

Alors je ne dirai pas qui m’inspire car j’aime avoir mon univers et laisser leur univers photos aux autres mais en tout cas qui me font rêver : 

Jeremie Villet et ses photos dans la neige très épurée 

Jeremy Nourisson avec ses rencontres fabuleuses au crépuscule

Neil Villard pour ses photos de Lynx fabuleuses 

Antonin Charbouillot car son univers photo et ses textes me touche fortement 

Et tous mes amis photographes…tous ceux avec qui je partage des sorties et une façon de voir les choses…

Que penses-tu du post-traitement en photo ?

Alors me concernant je post-traite très très peu mes photos de faune sauvage car j’aime réaliser mes photos les plus esthétiques possibles dès la prise de vue, c’est vraiment un point où j’accorde une grosse importance… j’aime rêver et faire rêver les gens au travers de mes images. J’aime également que mes photos reflètent le plus possible la réalité et la beauté de la nature qui se suffit à elle même. 

Concernant les séances pour mes clients notamment les séances canines là j’ai souvent un gros travail de retouche (j’enlève des éléments, parfois en rajoute…) et je crée un univers que je n’ai pas toujours à la prise de vue. 

Concernant les photos des autres chacun est libre de faire ce qu’il lui plaît à partir du moment où les gens sont honnête sur leur façon de travailler et de retoucher alors je peux aimer des photos très naturalistes sans retouches comme des photos artistiques retouchées, même si j’ai une préférence pour les photos de nature aux photos pas traficotées.

Quelle est la photo dont tu es la plus fière ? 

Ce renard dans la neige parce qu’il représente tout ce que j’essaye de faire ressortir au travers de mes images : de la douceur, de la poésie, des ambiances, une histoire… 

As-tu d’autres domaines qui t’intéressent en photos et/ou d’autres passions ?

J’aime beaucoup dessiner même si j’ai rarement le temps et j’aime écrire, d’ailleurs j’accompagne régulièrement mes images d’un petit texte que j’ai rédigé. 

Quels conseils donnerais-tu aux photographes animaliers ?

Savoir et réfléchir pourquoi on fait de la photo ? Ne pas rentrer dans une spirale de course à l’image surtout quand les animaux sauvages et la nature sont le sujet principal… et surtout se faire plaisir et faire avant tout de la photo pour SOI et non pour instagrammer. A mes yeux Instagram doit passer après le plaisir de l’instant et malheureusement ces dernières années j’ai l’impression que la photo animalière devient une mode plus qu’une véritable passion pour le vivant. 

Profitez et vivez l’instant intensément dans le respect de la nature  !

Quels sont tes projets, ton actualité, tes prochains challenges photo ?

Toujours et encore réussir à observer le lynx au moins une fois correctement avant que ma santé m’en empêche. 

Faire un court métrage sur le blaireau touchant et sensible afin d’essayer de faire bouger les choses concernant son déterrage.

Faire beaucoup plus de projets vidéos et développer ma chaine YouTube. 

Un livre naturaliste pour apprendre à voir et observer les animaux dans le respect au fur et à mesure des mois de l’année. 

Un petit mot pour la fin de l’interview ?

Merci à toi pour toutes ces belles interviews qui permettent de découvrir pleins de belles personnes. 

Suivez Ananda Joinet :

Plus d’articles à lire :

(4 commentaires)

  1. Très belle interview Ananda. J’aime beaucoup ton univers et ton respect envers le vivant. Je te souhaite de réussir dans tes projets et au plaisir de découvrir tes prochaines photos et textes 🙂

  2. Merci les filles pour ce bon moment… Je vous connais toutes les 2 et j’apprécie votre approche et votre éthique.
    Continue, Ananda, de nous partager tes rencontres animalières, tes ambiances feutrées, tes images émouvantes, sensibles empreintes de douceur et sublimant toujours l’animal dans son environnement.

  3. Superbe interview…

    C’est étrange, j’ai comme le sentiment que beaucoup de photographes dit de nature, sont des êtres un peu écorchés par la vie…

    Bravo à vous deux.

Répondre à Nathalie M Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s